Rémi Nelson Borel interviewé par le quotidien Sud Ouest pour "Rosans, miel amer"

Publié le par F.Rascol

Logo Sud OuestC'est à l'occasion de deux projections de "Rosans, miel amer" devant avoir lieu au Cinéma l'Astarac de Mirande ainsi qu'au Cinéma Le Gascogne de Condom que Franck meslin du quotidien Sud Ouest a consacré un long article à Rémi Nelson Borel.

Extrait : "« Outre mon ignorance, j'ai pris conscience que les générations nées au village ne savaient rien de l'exil de leurs aînés », raconte-t-il. L'étonnement de cette adolescente découvrant de la bouche de sa grand-mère que sa famille a vécue vingt ans dans un camp, en bas du village, pousse aussitôt le journaliste à vouloir réaliser un documentaire.
« Cela a été très long de convaincre ces enfants de Harkis de raconter leurs souvenirs, de prendre la parole », raconte le journaliste. Durant six mois, il se rend au village chaque semaine pour apprivoiser ces acteurs d'une Histoire tourmentée. En 2007, le jeune homme va jusqu'à quitter son emploi pour se vouer entièrement à son projet. » "

Retrouver l'intégralité de l'article sur le site du quotidien Sud Ouest : c'est ici

Projection le mardi 25 septembre 2012 à 20h30 au cinéma l'Astarac de Mirande en présence du réalisateur
Ciné-Rencontre le jeudi 4 octobre 2012 à 21h00 au cinéma le Gascogne de Condom en présence du réalisateur

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LOUANCHI 24/03/2013 12:41

lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après
24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200
harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société
française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude
Honnorat.


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian
n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net